Roadtrip en Islande #3 – F35, la piste Kjölur

Troisième jour de roadtrip en Islande, troisième épisode sur le blog. Après avoir découvert une portion de la route 1 sur la côte sud et rencontré de beaux geysers, il est temps d’entamer l’épisode le plus “wild” de cette aventure islandaise. Objectif de cette journée de route : Traverser le pays du sud au nord par la piste F35 également appelée la piste Kjölur !

Nous y voilà, il est temps de gouter à ces fameuses pistes islandaises et après un petit-déjeuner copieux face à Gullfoss où nous avons passé la nuit, il est l’heure d’affronter cette traversée dans un univers désert et intimidant :

© Grégory Mignard

La Route F35 (Þjóðvegur F35) ou Kjölur est la deuxième grande piste connue traversant les hautes terres d’Islande, l’autre étant la Sprengisandsleið. Le préfixe « F » signifie Fjallvegir, « route de montagne » en islandais. On pense que la route était connue depuis le commencement de la colonisation en Islande. Le Kjalvegur, l’ancienne piste, est situé à l’ouest de la piste actuelle. Les randonneurs et les gens qui font du trekking comme ceux qui voyagent à cheval le préfèrent encore. La piste est restée oubliée pendant cent ans environ, après que plusieurs paysans y périrent dans une tempête de neige en 1780 avec leurs chevaux et leurs moutons (au lieu appelé aujourd’hui Beinahóll, « la colline des os »). À la fin du XIXe siècle, elle fut redécouverte et marquée de nouveau. -Wikipédia

Sans GPS, sans carte, seul un iPhone pour nous guider, c’est tôt le matin que nous prendrons la route, ne sachant pas trop à quoi s’attendre, ni au temps qu’il nous faudra pour en venir à bout.
Le décor est grandiose, on ne voit personne à des kilomètres, aucun signe de vie en dehors de cette piste tracée par l’homme, c’est à la fois excitant et effrayant. On se sent seuls, vraiment seuls et le temps est capricieux. Pluie, brouillard épais, nous avançons timidement dans cette terre du milieu.

© Grégory Mignard

Au bout de quelques temps, nous découvrons finalement de nouveaux paysages avec des décors blancs, nous sommes entourés de glaciers, c’est incroyable !

langjökull

Nous avançons jusqu’à tomber sur une intersection nous proposant de prendre la piste F347 pour découvrir le Kerlingarfjöll, un détour de 20 kilomètres environ. J’ai vraiment envie de découvrir ces paysages irréels, mais les passages à gués et la solitude effraient un peu Marion qui ne se sent visiblement pas à l’aise dans ce désert islandais.
Je n’insiste pas, nous continuons sur cette F35, voilà une excuse pour retourner en Islande et prendre cette fois-ci la F347 !

On a l’impression d’être dans un décor lunaire, même si quelques touches de couleurs viennent réchauffer l’atmosphère au sein du camper.

© Grégory Mignard

Les kilomètres finissent par passer les uns après les autres, nous croiserons finalement quelques 4×4 et nous surveillons notre position sur l’iPhone, nous ne sommes plus très loin de rattraper la route 1 côté nord, le grand lac de Blöndulón se dessine à l’horizon et annonce les derniers kilomètres avant de retrouver le bitume.

© Grégory Mignard

C’est en arrivant sur la côte nord que nous découvrirons pour la première fois le soleil depuis notre arrivée, réchauffant ainsi l’atmosphère et donnant un peu de couleurs à ces paysages.

© Grégory Mignard

De retour sur la route 1, nous nous rendons à Blönduós, une petite ville locale où le camping nous tends les bras, nous pourrons enfin profiter d’un peu de confort pour notre troisième nuit avec un accès aux sanitaires et à une bonne bière dans un pub à proximité.

Rendez-vous vendredi prochain pour la suite de nos aventures 🙂

© Grégory Mignard

Billet rédigé avec émotion et avec l’album “My Head Is an Animal” de Of Monsters And Men.