Popa’a’s Adventure Ep.4 – Teahupoo

C’est avec une joie non dissimulée que je vais vous raconter aujourd’hui comment j’ai réalisé un de mes rêves. Durant ce voyage en Polynésie, j’ai croisé les doigts très très fort pour que les dieux du surf et de l’océan soient de mon côté… Et ça a fonctionné !
Aujourd’hui, c’est donc sur la mythique vague de Teahupoo que je vous emmène, attention, sensations garanties !

Vous vous souvenez quand je disais dans le premier épisode que nous sommes restés qu’un weekend à Tahiti avant de prendre l’avion pour Maupiti ? Eh bien il faut savoir que la veille du départ, nous avons fait le tour de l’île de Tahiti avec une étape obligatoire : « Teahupoo ».
Nous nous remettions tout juste du jetlag que notre ami Windguru nous annonce une belle houle bien orientée pour Teahupoo, il serait vraiment dommage de louper ce créneau.

Nous sommes donc partis tranquillement de Papeete le matin en commençant notre tour de l’île par le nord tout en découvrant les charmes de la Polynésie qui sont de plus en plus authentiques au fur et à mesure que nous nous éloignons de la capitale. Tahiti Nui (la grosse île), c’est 120 kilomètres pour faire le tour complet, il faut rajouter ensuite 18 kilomètres pour aller au bout de la presqu’île de Tahiti Iti où se trouve le village de Teahupoo et cette fameuse vague.
Je profitais calmement du paysage, mais je sentais une excitation et une certaine impatience qui se sont amplifiées quand nous avons commencé à longer la presqu’île depuis Taravao. Je vois désormais les lagons du sud défiler à travers la vitre de la voiture et je distingue d’énormes paquets de mousse sur la barrière de corail, un lagon agité et des petites vagues qui envahissent la chaussée… Serais-je vraiment venu le bon jour pour aller rencontrer la belle ? C’est en tout cas ce que je pense de plus en plus et forcément, l’impatience et l’excitation ne font qu’augmenter d’un cran.

Nous arrivons enfin au village de Teahupoo, la couleur est annoncée, vu le nombre de jet-skis et le nombre de spectateurs à lorgner sur le large, c’est qu’il doit se passer quelque chose de cool. Il nous faut donc vite un moyen de rejoindre la vague, nous nous renseignons donc à la marina et c’est avec Cindy de Teahupoo Tahiti Surfari (une Tahitienne juste adorable et passionnée par sa vague) que nous prendrons rendez-vous pour le début de l’après-midi.
Après un repas vite englouti à Taravao, nous voici de retour à la marina où je trépigne d’impatience à l’idée de monter sur le petit bateau bleu. Après quelques minutes de retard, Cindy arrive enfin et nous embarque, elle nous dit que la houle avait tendance à baisser et que les séries se font rares, c’est pourquoi elle est restée un peu plus longtemps sur l’eau avec les personnes précédentes… Nous croisons les doigts pour que les séries soient là !

Nous glissons désormais dans le lagon en direction de la passe qui nous dévoile enfin cette vague prisée et convoitée par les meilleurs surfeurs de la planète. Nous y sommes enfin et c’est vraiment la perfection à l’état pur, une vague massive et parfaite à la fois, pas étonnant qu’elle soit considérée comme la plus belle du monde. J’en frissonne de plaisir, mon rythme cardiaque augmente, je suis tout simplement halluciné de voir cette vague que j’ai l’impression de connaitre par cœur, mais que je rencontre pour la première fois !
Dans cette arène liquide, nous sommes quelques bateaux et jet-skis, mais je suis étonné de voir si peu de surfeurs.

Il y a Veitea David, un local en paddle qui n’hésite pas à charger et nous offrir un premier spectacle.

Il est suivi par Jack Robinson, un jeune surfeur australien qui s’offre un tube bien profond et bien typique de Teahupoo.

Un peu plus tard, un autre jeune australien, Russel Bierke se met à l’eau et s’offre une première belle vague.

Au bout d’une bonne heure sur l’eau, il est temps de rentrer à la marina avec pour seuls souvenirs ces images gravées dans ma mémoire et une belle sélection d’images sur ma carte mémoire.

À suivre…