Popa’a’s Adventure Ep.1 – Maupiti

Brest… Paris… Londres… Los Angeles… Papeete… Enfin ! Nous voilà au paradis tant attendu, nous sommes au mois de mai et nous découvrons enfin l’autre bout du monde, les yeux fatigués d’un tel voyage, mais nous sommes heureux. Les odeurs de fleurs de tiare ne nous quittent plus, nous sommes bel et bien en Polynésie ! Le jet lag se gère pas trop mal, le plus dur aura été la première journée en luttant à la tentation d’aller se coucher en pleine journée, mais après une bonne nuit réparatrice, nous voilà réveillés par les coqs et les odeurs bien typiques des îles tropicales. Mais nous aurons juste le temps de nous acclimater le temps d’un weekend, car il est déjà l’heure de reprendre l’avion, mais seulement pour 50 minutes de vol en direction de Maupiti dans l’archipel de la Société.

Le vol est agréable, il y a tellement de choses à découvrir à travers le hublot, les îles de l’archipel s’enchainent sous nos ailes comme la très connue Bora Bora que nous aurons très vite cataloguée comme le nid à touristes, l’île à fuir si vous êtes à la recherche d’authenticité, tout en sachant qu’il y a largement tout aussi beau à peine plus loin.
L’arrivée à Maupiti est impressionnante, nous avons l’impression de nous poser dans le lagon, la piste étant sur le motu, mais dépassant dans le lagon. Nous prendrons ensuite le bateau pour l’île principale ou Sandra nous attend pour amener à sa pension que nous avons privilégiée à l’hôtel, en partageant la maison de ce couple de locaux. Sandra et son mari Kete ont monté la pension Tereia à deux pas de l’unique plage de l’île principale et sa belle montagne. Kete est un pêcheur, Sandra une agréable hôte et un vrai cordon bleu qui nous fera découvrir les délices de la Polynésie.

Après une première nuit agitée à cause des violents orages, nous partons en excursion sur le lagon et le motu avec Kete et Sandra. Ils nous emmènent voir les raies manta que nous avons pu approcher une fois dans l’eau. La taille est tout simplement impressionnante, celles que nous avons observées faisaient dans les 3 ou 4 mètres, mais il parait que les plus grands atteignent 8 mètres d’envergure.
Le couple nous emmène ensuite sur le Motu où ils ont aménagé un petit bout de plage pour passer une partie de la journée, tout en nous préparant un repas polynésien à l’ancienne. Enfin, avant de rentrer à la pension, Kete nous emmène plonger sur le jardin de corail où nous découvrons un univers coloré, rempli de poissons et de coraux, comme une impression de plonger dans un aquarium.

Note: Je n’ai pas d’image de cette journée à vous montrer, n’ayant emmené que la GoPro pour cette journée qui sera à découvrir dans la vidéo.

Après une nouvelle nuit d’orages, c’est une journée ensoleillée et ventée qui nous sort du lit. Ce vent me démange un peu et je me renseigne pour louer un peu de matériel de kite pour profiter d’une session sur ce lagon paradisiaque.
La cousine de Sandra loue justement du matériel et nous fait découvrir des rares spots de l’île. Finalement, c’est à la plage de la pension que gréerais le kite. Le vent étant moins fort qu’espéré, ça ne sera qu’une courte session, mais elle sera aussi l’unique de notre séjour… Tant pis, ce n’était pas vraiment la bonne saison pour le vent.

Nous nous habituons bien au rythme des îles, surtout sur ce petit bout de caillou planté au milieu du pacifique. Notre quatrième et dernier jour à Maupiti arrive malheureusement, mais nous décidons de louer des vélos pour une dernière excursion, mais c’était sans compter sur l’arrivée d’un orage et d’une énorme pluie qui ne semble plus en finir.
Le déluge n’en finissant pas et l’heure de prendre l’avion approchant, nous abandonnons l’idée de cette balade à vélo puis nous repartons vers la piste pour prendre notre avion… S’il arrive à se poser ! Car c’est aussi ça Maupiti, une petite piste sur laquelle il est impossible de se poser quand elle est mouillée. Comme ce déluge n’en finit toujours pas et que les heures passent, le vol est finalement annulé et nous nous retrouvons de nouveau à la pension à profiter d’une soirée bonus en compagnie de Sandra et Kete.
Ils nous parlent de leur île, de l’abandon de certaines lignes de fret qui rend la vie parfois compliquée, mais qu’ils feront tout pour préserver leur île du tourisme de masse en refusant la construction d’hôtels comme on peut en voir partout sur Bora Bora.

Il aura plu toute la nuit et on ne peut pas vraiment dire qu’il fasse beau quand nous nous lèverons, mais nous tentons à nouveau notre chance à l’aéroport. L’avion pourra enfin se poser et après une courte escale sur l’île de Raiatea, nous serons de retour en fin de journée à Papeete où de nouvelles aventures nous attendent !

À suivre…