Ma première fois à Chamonix

J’ai toujours dit que si je devais quitter la Bretagne et l’océan pour une raison ou pour une autre, ça serait pour rejoindre les massifs des Alpes, je ne sais pas où exactement, mais je voudrais être proche des montagnes ! Le plus drôle, c’est que je vais rarement à la montagne, mais à chaque fois, c’est toujours la même claque.
Mon rapport à la montagne commence à l’enfance avec les premiers séjours de ski, puis quelques étés à randonner avec mes parents. Pendant des années, plus rien, puis de nouveau deux saisons de ski en 2012 et 2013 ! 3 années plus tard, me voici de nouveau à la montagne, pour la première fois en automne, ce que j’attendais depuis très longtemps!

aiguille1

aiguille2

Je crois que cette envie d’automne à la montagne est partie de ce billet de Jeremy qui m’a vraiment motivé la saison dernière. Je me suis promis de tout faire pour vivre cette expérience cette saison, et j’en ai rapidement parlé à Jeremy pour se caler une date. Une fois le fameux weekend bloqué, on a branché Julien et Marco pour se joindre à nous, l’occasion pour moi de revoir Julien et de faire connaissance avec le jeune Suisse !
Autant dire que quand quatre passionnés d’outdoor et de photographie se retrouvent, on sait rapidement ce qui va animer les discussions autour de la raclette du soir !

aiguille3N’étant pas un gars du coin, j’ai laissé le soin à ces 3 mordus de montagne de planifier et d’organiser les différentes excursions et explorations du weekend et c’est à Chamonix qu’on commence en m’offrant mon baptême de haute montagne tôt le matin, à l’Aiguille du Midi par 3800 mètres d’altitude, alors que j’étais encore au niveau de la mer la veille ! Première claque !

aiguille4

aiguille5 Je n’ai jamais rien vu de tel, la vue est si dégagée sur les différents massifs qui entourent la vallée de Chamonix, les glaciers qui dévalent les pentes abruptes et le Mont Blanc qui semble tellement proche qu’on aurait presque l’impression de pouvoir y aller si facilement d’ici. Mais la perte de 40% d’oxygène à cette altitude me rappelle vite à la réalité, à chaque petit effort, je me vois rapidement essoufflé et mes jambes deviennent rapidement lourdes.
Je pense que l’on est restés 2 bonnes heures là-haut, peut-être plus, je ne sais plus ! Le temps est passé si vite, nous observions partout, nous envions chaque alpiniste qui partait en exploration sur les différentes crêtes et aiguilles voisines, nous photographions tout ce que nous pouvons, nous voulions vraiment profiter de chaque seconde passée là-haut.

aiguille6

aiguille7

Nous reprenons ensuite le téléphérique pour descendre à la gare du Plan de l’Aiguille, 1000 mètres plus bas pour casser la croûte et explorer les environs. Je commence à crapahuter avec Julien, on explore une crête dans l’espoir d’approcher un glacier, mais si tout parait si proche en montagne, les distances semblent s’allonger au fur et à mesure que l’on avance !

On est bien loin de mes petits sommets des Monts d’Arrée.

plan1

C’est totalement rincés que nous quittons Chamonix et ses sommets, déjà tant de souvenirs ancrés dans nos mémoires alors qu’il reste encore quelques heures avant le coucher du soleil ! Nous faisons route un peu plus au nord, toujours en Haute-Savoie pour nous arrêter près d’un lac de moyenne montagne et observer un décor totalement différent de ce que nous venions de voir. Les nuages s’accrochent aux sommets en même temps que le soleil se couche, quelques clichés dans l’appareil avant d’aller se reposer pour être en forme le lendemain matin, toujours autour de ce lac pour profiter des premières lueurs de la journée.

soir1

soir2

Au levé du jour suivant, de timides rayons de soleil dorés se faufilent entre les nappes de brume tout en dévoilant une gamme de couleurs jaunes et orangées… Les voilà enfin ces couleurs d’automne que j’attendais tant !
Nous flânons sur les abords de ce lac aux reflets dorés, nous allons à la rencontre de quelques pêcheurs à la truite dont un ancien qui nous raconte qu’il profite du dernier jour de la saison de pêche, mais qu’il n’a rien attrapé cette saison… Et pourtant il est là à profiter des paysages et de la quiétude de ce lac qui apaise les esprits.

lac1

lac2

lac3
lac4
lac5

lac7Voilà que cette aventure prend fin autour d’un dernier repas à partager tous les 4 avant de rentrer chacun de notre côté vers nos régions respectives… Les souvenirs de ces moments sont nombreux et confirment mon envie de rejoindre la montagne si jamais je me lasse un jour de l’océan et de la Bretagne !