Ce petit grain de sable…

Nous marchons tranquillement dans de bonnes chaussures bien confortables, tout va pour le mieux jusqu’à ce qu’un minuscule petit grain de sable vienne enrayer votre marche et votre bonne humeur… Un bête grain de sable qui change tout ! Ce petit grain de sable, il s’appelle « kitesurf » et c’est à cause de lui que beaucoup de choses ont changé dans ma vie… Voici une petite histoire qui explique le commencement de ce blog (mais pas que) !

Vous l’aurez compris, je vais vous parler de mon histoire avec le kitesurf, et ça risque d’être un peu long !
C’est un sport qui a changé ma vie, pas forcément comme je l’aurais voulu, mais avec un peu de recul, j’ai su tirer parti de ce vilain grain de sable qui est venu abimer ma mécanique quelques années plus tôt !
L’histoire commence à l’été 2003, je commençais une carrière, je venais de quitter le foyer familial et n’ayant plus le temps ni les moyens techniques de pratiquer la voile, je décide de m’orienter vers la planche à voile, c’est moins encombrant et ça me permet d’aller seul à l’eau quand j’en ai envie. Mais en 2003, c’est le début du kite, inventé quelques années plus tôt par des Bretons.

Le kitesurf (Flysurf a l’origine) a été imaginé par plusieurs inventeurs dès les années 1960. À la suite d’un travail d’expérimentation pour améliorer la voile, les frères Quimperois Dominique et Bruno Legaignoux déposent le brevet de l’aile courbe à structure gonflable le 16 novembre 1984 et les premières ailes commercialisées arriveront au début des années 2000.

Les premières écoles ouvrent leurs portes et plutôt que de me lancer dans l’apprentissage de la planche à voile, je m’oriente vers le kite en m’inscrivant à un stage de 3 jours pour apprendre les bases. À la fin de la première journée, c’est le déclic… J’ai réussi mes premiers bords, les premières sensations de glisse sont fabuleuses… Le soir même, je fonce au shop Quai34 de Brest et je me paye mon premier quiver, une aile Gaastra GXR et une planche hybride 5’2 RRD !

À partir de ce moment là, je vis kitesurf, je mange kitesurf, je rêve kitesurf. Je ne loupe pas un seul DVD Stance, je rêve à des destinations comme le Vénézuéla, la République dominicaine, Brésil, etc. Bref, je vais sur l’eau dès que je peux et quand ce n’est pas possible, je dévore les DVD et magazines qui existaient à l’époque !
En 2005, je reçois une mutation de mon employeur et je dois faire mes valises pour Fort de France, je m’envole donc pour trois années dans les Caraïbes, en Martinique ! Chic, la combinaison va laisser la place au boardshort !

À peine le temps de s’installer et visiter l’île que la saison des Alizés point le bout de son nez… Parfait pour se remettre à l’eau. Et ça sera kitesurf de façon quasi quotidienne, me permettant ainsi de progresser de jour en jour sur mon nouveau home spot de la Pointe Faula au Vauclin.
En fait, tout glissait normalement jusqu’à ce lundi 16 janvier 2006 qui s’avérera être le fameux « grain de sable » de cette histoire. Ce jour-là, j’étais à la Pointe Faula, comme toujours, le vent était un peu plus mauvais que les autres jours, le matériel de sécurité n’était pas ce qu’il est aujourd’hui, une petite erreur de jugement peut-être dans ma navigation, je ne sais pas, je ne sais plus, mais j’ai terminé ma course projeté par une rafale sur la falaise en bordure du spot !
J’ai rapidement été pris en charge par les pompiers puis par le CHU de la Meynard à Fort-de-France où j’ai été hospitalisé pendant deux semaines avant d’être opéré pour tenter de réparer le calcanéum de ma cheville gauche.

Bilan : immobilisation pendant 3 mois, rappatriement sanitaire en métropole au bout de quelques semaines, rééducation intensive pendant un an, abonnement chez l’osthéopathe et handicap à vie…
Mais malgré tout, je ne me plains pas ! Je suis en vie, je peux marcher avec une autonomie limitée, mais raisonnable et je peux même refaire du kitesurf… Ouf !

Je pense que depuis ce 16 janvier 2006, mon destin a changé en empruntant brutalement une autre voie ! Cette convalescence forcée m’aura permis de revenir plus vite que prévu en Bretagne, de rencontrer pas mal de gens qui sont devenus des amis et pour m’occuper à défaut d’aller à l’eau… Devinez quoi ? Je me suis lancé dans le monde du blogging et de la photographie, une révélation !
Dans un sens, je me dis que si tout cela n’était pas arrivé, je ne serais pas l’homme que je suis aujourd’hui, je serais passé à côté de nombreuses belles choses qui me sont arrivées depuis… Je ne peux pas savoir, mais je suis content de ma vie aujourd’hui, malgré ce handicap et cet accident !

Au début du printemps 2007, presque un an après l’accident, j’accompagne mon pote Amaury en session avec un objectif : retourner à l’eau et voir si je peux encore rider ! Un peu stressé quand même, mais excité à la fois, je me lance et malgré quelques douleurs, j’arrive à profiter d’une petite session sur le même spot où j’ai appris le kite, 4 ans plus tôt !


Ci-dessus, le reportage de mon trip kite au Brésil, en 2007.

Depuis ce jour, tout s’enchaine, les rencontres, les voyages, les sessions, les projets… Je retrouve le plaisir de mes débuts tout en progressant à travers mes différentes activités, je ferais mes premières publications dans la presse spécialisée en tant que photographe, c’est le début d’une nouvelle vie !

Aujourd’hui, ma passion du kite est intacte, elle m’a ouvert les yeux sur le monde de la photographie et du web et m’a ouvert l’esprit sur d’autres disciplines comme le surf, le wakeboard et le stand-up paddle board !
Voilà, j’espère que cette petite histoire ne vous empêchera pas de vous mettre au kite, mon seul conseil serait d’apprendre par une école pour débuter, les bases sont tellement importantes qu’il serait dommage de s’en passer en prenant des risques inutiles !

Pour toute cette belle aventure, je tiens à remercier dans le désordre : Romain, Lolo, JB, Joris, Jérémy, Amaury, Bruno, Vivien, Kévin, Willy, François, Julien et bien d’autres…