Bruges, ses briques, ses portes et ses couleurs

Les vacances et l’été commencent à se tasser, ma bougeotte estivale se sédentarise à nouveau, je profite de mon bureau refait à neuf pour jouir confortablement de ma station d’écriture et traitement photo, baigné dans une belle lumière bretonne.

Si j’ai délaissé quelques temps ce blog — et c’est bien normal — c’est que j’ai pas mal vadrouillé, par chez moi ou chez les autres.
Mes récentes péripéties m’ont amené jusqu’en Belgique pour profiter d’un peu de neige artificielle, mais surtout faire mon touriste à Bruges, une ville que j’avais déjà écumée il y a quelques années.
Nikon D700 à la main, je me mélange à cette foule de touristes estivants qui gâchent mes souvenirs d’un séjour automnale, plus tranquille. iPad perchés en haut des bras d’un groupe de Chinois, Français et autres Européens en mode tong+chaussettes (de très bon gout) qui photographient tout et n’importe quoi (c’est à se demander ce que ces gens peuvent bien faire d’une quantité pareille de clichés après ?), bref, je ne suis pas à mon aise, j’ai du mal à trouver l’inspiration photographique dans cette charmante cité Belge.

Voulant m’éloigner de cette foule, je décide d’entrainer mon petit groupe dans des ruelles plus calmes, loin de cette effervescence touristique.
Ouf, je respire, je peux enfin prendre le temps de regarder, de rêver et d’imaginer quelques clichés… Clic ! Ça y est, je déclenche et me laisse aller au fil de mignonnes petites rues colorées :

© Grégory Mignard.com

Bisous !