Son portfolio avec Koken, 10 mois après

Je voulais initialement faire un petit bilan de ce CMS au bout de 6 mois, mais vous savez ce que c’est, le temps passe si vite, on se retrouve vite débordé et ça sera finalement un petit bilan des 10 mois…
Vous le savez probablement, j’ai été parmi les premiers à vanter les mérites de Koken et j’ai plus récemment dévoilé quelques conseils basés sur ma propre expérience. Place au bilan après 10 mois de cohabitation avec Koken.

Alors, toujours aussi bien ?

On me demande souvent quelle solution adopter pour créer son propre portfolio en ligne, et après avoir longtemps conseillé WordPress, je conseille désormais d’utiliser Koken. Donc oui, dans un sens, il est toujours aussi bien et je continue de le conseiller. Mais malheureusement, jeunesse oblige, il n’est pas non plus parfait et exempt de défaut. Mais il fait tellement bien le boulot avec mes photos que c’est un gros plus en sa faveur.
L’avenir de Koken semble se tourner vers son Koken Store sur lequel l’équipe travaille à le mettre sur pieds pour cette année. Après tout, pourquoi pas, tout travail mérite salaire et je serais près à payer si j’ai besoin d’un de leurs outils du store. Ce qui n’est sensiblement pas le cas de tout le monde. Koken est toujours en Beta et gratuit, mais n’est pas open source, contrairement à WordPress. Je pense que son installation restera gratuite, mais qu’il faudra passer à la caisse si on veut plus de fonctionnalité (thèmes, plug-ins, services…) que celles intégrées à l’installation.

Les +
  • Son installation est vraiment simple, c’est toujours le cas, un vrai bonheur qui le rend très accessible, même à ceux qui seraient effrayés à mettre les mains dans le code.
  • Son interface de gestion des photos. C’est presque un catalogue Ligthroom en ligne et il est très simple de modifier ou remplacer une image (voir mes conseils).
  • Les rares thèmes proposés sont très fonctionnels et propres. WordPress a peut-être un catalogue impressionnant de thèmes, mais je n’ai jamais réussi à trouver mon bonheur pour le portfolio.
Les –
  • Son optimisation SEO n’est pas forcément la meilleure, c’est très dommage face à WordPress ou j’avais un meilleur positionnement.
  • Quelques bugs persistent. C’est une bonne bêta, mais ça reste une bêta. L’équipe travaille d’arrache-pied à fixer les bugs, quitte à faire une pause dans le développement de nouvelles fonctionnalités.
  • Les thèmes sont encore trop peu nombreux, mais sont cependant facilement modifiables.
  • Idem pour les plug-ins, il en manque pas mal. Je rêve d’un plug-in de formulaire de contact ! J’ai essayé de développer le mien, mais j’ai complètement fait planter le site.
  • Si le point fort de Koken, c’est la gestion de galeries photo, son point faible est la partie texte. C’est très (trop ?) minimaliste et il faut ruser pour faire des pages à son gout. On est loin de la souplesse de WordPress pour le coup.
Conclusion

Oui, j’ai plus de points négatifs que de positifs, mais n’oublions pas que la fonction première de Koken est de gérer un portfolio. Et sur ce point, il gagne haut la main et fait oublier la plupart des défauts qui, je pense, seront corrigés par la suite. Son gros point noir reste, selon moi, son optimisation SEO, c’est peut-être la seule chose qui pourrait me refaire basculer sous WordPress si rien de change dans les prochains mois.
Donc aujourd’hui, je continue d’utiliser et de conseiller Koken… À suivre…